Voir et être vu : L’éclairage, un sujet crucial pour garantir la sécurité du cycliste

Comment choisir son éclairage vélo, quelle puissance, quelle technologie, dynamo ou pile, LED ou halogènes ? Existe-t-il mieux que les lumières vélo pour se faire voir ? Il faut savoir que les très bons éclairages coûtent entre 50 et 100 €, mais entre 15 et 20 € on peut déjà trouver un éclairage correct, voire même très efficace pour avec munis de multi-LED sur roue qui démarrent à 39,90 €.

QUELLE PUISSANCE LUMINEUSE ?

Aucune précision sur la puissance d’éclairage dans le code de la route. Les normes industrielles du secteur prévoient une tension de 6 Volts et une puissance électrique de 3 Watts minimum, mais en l’absence de précision sur le rendement, un éclairage même « agréé » peut être insuffisant. Les normes allemandes plus pragmatiques, imposent un éclairage d’au moins 10 lux à 10m. Si vous empruntez des routes mal éclairées, nous vous conseillons au moins 20 Lux. En usage occasionnel, en centreville éclairé, un phare amovible de 4 Lux peut être suffisant. A vous de faire preuve de discernement.

PILES OU DYNAMO ?

Les piles sont une solution pratique si vous roulez peu (2 - 3x / semaine). Pour un usage quotidien, les accus rechargeables s’imposent. 20 à 40h d’utilisation suffisent pour amortir l’investissment. Certains éclairages se rechargent aujourd’hui via USB. Autre nouveauté, les éclairages qui s’allument automatiquement en les fixant, par clipsage ou par aimantation. Enfin, la dynamo est le meilleur choix pour les vélos de ville / cyclotourisme. Montée à demeure et intégrée sur le vélo, offrant une totale autonomie, elle est idéale pour l’utilisation régulière d’un vélo.

LED OU LAMPES HALOGÈNES

Fini le temps des lumières blafardes pour éclairer les chemins. Si les phares halogène existent encore, le futur est aux LED, c’est indéniable. Leurs avantages sont considérables : très peu énergivores, résistantes et à la durée de vie (théorique) quasi-infinie, seul défaut : un prix parfois élevé (mais justifié).

LES ÉLÉMENTS RÉFLÉCHISSANTS

Ils sont indispensables pour votre sécurité. Généralement des catadioptres, ils n’éclairent pas mais réfléchissent la lumière des phares. La législation impose d’en disposer à l’arrière (rouge), sur les côtés, sur les pédales (orange), et également devant (blanc). De quoi être visible des automobilistes.

LE CONSEIL MAG : PAR LAURENT D’AMIENS

Vélotaffeur(se), cycliste du dimanche ou aventurier, envisagez votre visibilité sur 360 degrés. Assurez-vous d’être visible de toutes les directions. Multipliez les surfaces réfléchissantes, sur les flancs de vos pneus, sur vos roues, vos habits, vos gants et votre sac à dos. Incontournable, la marque allemande VAUDE propose une gamme textile cycliste aux belles finitions réfléchissantes, WOWOW décline toute une série d’équipements et d’accessoires réfléchissants pour être vu, dont l’incontournable gilet jaune fluo. Dotez-vous de lumières clignotantes, même au grand-jour, vous capterez efficacement l’oeil des automobilistes les plus distraits. Pour éclairer la route, vous pouvez fixer l’éclairage directement sur votre vélo ou sur votre casque pour plus de commodités. Assurez-vous d’avoir un faisceau lumineux puissant pour éclairer loin et sur les bascôtés, sans éblouir les autres usagers de la route. Les éclairages à pile sont plus abordables que ceux rechargeables par USB, nettement plus technologiques et puissants, mais l’éclairage par dynamo reste le moyen privilégié par les “vélotaffeurs”.

Trouver un magasin

Il y a 9 Vélo Station à votre service près de chez vous.

ou

Inscription à la Newsletter